0
Lyon/Rhône-Alpes-Auvergne
06 89 86 76 06
a la une
Découvrir
Acheter
revue mytoc
La revue
de mytoc.fr
Lire notre revue

Huit comédiens amateurs racontent ce qu’ils ont vécu lorsqu’une famille syrienne s’est installée dans leur commune. Un témoignage brut sur un sujet sensible.

«Hospitalités» Un village face aux migrants

«Nous sommes très heureux d’être ici pour vous raconter l’histoire de notre village».
Un joli et paisible village : La Bastide-Clairence, Pays Basque à 30 kilomètres de la mer… 1 000 habitants. Huit d’entre-eux ont accepté de monter sur la scène du TNG, invités par le Festival Sens Interdits. Kattina céramiste, Anaïs esthéticienne, Thérèse productrice de fruits bio… Et Francis le maire. Tous habillés simplement, souvent en jean et baskets. Quelques cheveux gris, un barbu. Il y a ceux qui vivent ici depuis toujours et ceux arrivés récemment. Chacun à leur tour, ils prennent la parole avec leur bel accent du sud ouest. Tous assis sur une estrade noire. Ils racontent leur vie. Un frère myopathe, des parents immigrés, une enfance à construire des cabanes, la ferme familiale… Derrière eux, des photos défilent sur grand écran. La façade blanche de la mairie, quelques arbres, des ruelles désertes, des moutons dans un pré… Parfois, les comédiens amateurs se mettent à chanter ou à danser, fiers de leur tradition.
Puis ils vont raconter l’arrivée d’une famille de réfugiés, le père, la mère et leurs quatre enfants. La population qui se déchire. D’un côté, ceux qui se mobilisent pour les intégrer, qui leur apprennent le français, les accompagnent dans leurs démarches administratives… De l’autre, ceux qui résistent : «On fait entrer le loup dans la bergerie», «ils vont nous prendre notre travail», «faire fuir les touristes»….
Un sujet d’actualité, traité par Massimo Furlan à partir d’une histoire vraie. C’est d’ailleurs lui qui est à l’origine de ce projet. Invité en résidence en 2014 à La Bastide-Clairence, ils croisent des habitants inquiets de voir le prix de l’immobilier exploser. Provocateur, il leur propose une solution : accueillir des migrants. Un an plus tard, la réalité dépasse la fiction !
Pas de jeu d’acteur ni de mise en scène spectaculaires. Mais des témoignages vrais, sans artifice. Un théâtre brut proposé par des amateurs très engagés.

«Hospitalités» mise en scène par Massimo Furlan. Durée : 1h30.

 

Vos commentaires