0
Lyon/Rhône-Alpes-Auvergne
06 89 86 76 06
a la une
Découvrir
Acheter
revue mytoc
La revue
de mytoc.fr
Lire notre revue

Politique et coups bas sont au coeur de ce spectacle d’Antoine Demor et Victor Rossi. Une fiction présentée à Gerson avec de nombreux clins d’oeil à la dernière campagne présidentielle.

Une désastreuse ascension

«Je m’appelle Laurent Bontain. J’ai tué quelqu’un. Je suis un homme politique, ça ne veut rien dire mais c’est devenu ma profession». Une confession en guise de préambule. Décor minimaliste : deux chaises, un bureau où vont s’affronter deux comédiens en costume cravate.
Puis on replonge vingt ans en arrière. Des candidats passent l’oral pour intégrer l’ENA, «l’école de l’élite». Parmi eux, Laurent, un jeune parisien sûr de lui, hautain. Son grand-père était haut-fonctionnaire. Son père, préfet. Il n’a qu’à suivre la lignée familiale.
Il rencontre Brice. Fils d’assureur, provincial, hyper stressé. Entre eux l’ambiance est électrique. «Les derniers ouvriers qu’on a vu dans ma famille, c’était sur Arte !», se moque Laurent, bien décidé à faire carrière. Contrairement à Brice qui, lui, aspire à «servir la France» : arrêter le copinage, la cooptation et le gaspillage d’argent public.
Durant leurs études, c’est toujours la même chose. Brice est un élève assidu et impliqué. Laurent est un «je m’en foutiste» toujours en retard. Il est est persuadé, il est au dessus du lot : «Ma force c’est d’avoir grandi au milieu du pouvoir». Mais rapidement, il déchante. Il rêve d’un stage à Washington. Il est envoyé à Dakar : «Le compost des relations internationales». Puis obtient de justesse son diplôme. Lui qui rêvait d’un grand avenir parisien se retrouve au Conseil Général de la Creuse. Le loto des anciens, le salon du tourisme et de la motoculture, le critérium régional… Un enfer.
Pendant ce temps, Brice est à Paris. A la Cour des Comptes. Il planche sur le rapport de gestion des théâtres nationaux. «75 000 invitations par an ! C’est douze fois Briançon !», s’insurge-t-il.
Durant une heure trente, on suit le parcours de ces deux énarques. Et leur trajectoire fulgurante. Laurent est en passe de devenir président de la République. Brice a été nommé à la tête du Grand Paris et doit superviser le dossier de candidature pour les Jeux Olympiques. Tout semble leur sourire. Mais ils vont finir par tout détruire. Trop d’ambition, trop d’égo, trop d’intérêts. «Toi et moi on veut la même chose mais il n’y a pas de place pour deux», lâche Laurent, cynique. S’enchainent alors les coups bas et les trahisons. Jusqu’à la chute, inévitable. Et cette conclusion : «Tout est allé trop loin. Il n’aura fallu que quelques secondes pour que tout bascule».

«L’ascension» de et avec Antoine Demor et Victor Rossi. A l’Espace Gerson, tous les mardis de novembre à décembre. 1h30.

 

Vos commentaires